Après Samsung (cf. Samsung : le téléphone DivX SGH-F500 arrive), c'est au tour de LG de proposer un téléphone mobile certifié avec la technologie de compression/décompression vidéo DivX. Le fabricant coréen s'intéresse visiblement de près à cette technologie puisqu'il a déjà annoncé il y a quelques semaines une première télévision compatible DivX (voir Des TV compatibles DivX chez LG). Mais revenons-en au téléphone qui nous intéresse aujourd'hui et que se nomme « LG Viewty » (ou LG-KU990).

    <br />
    Ce modèle s'apparente un peu à un (énième) clone de l'iPhone. Il dispose d'un écran tactile de 3 pouces, d'une compatibilité avec les réseaux 3G/3G+, d'un Tuner FM et d'un appareil photo numérique de 5 megapixels avec stabilisateur d'image capable d'enregistrer photos et vidéos, auto-focus et flash Xenon. D'ailleurs en mode vidéo, le smartphone est annoncé comme pouvant enregistrer en QVGA des films moyennant 120 images par seconde, un record en la matière. Ce même APN intégré dispose d'une optique Schneider-Kreuznach et d'une sensibilité ISO 800.
    <br />

    <br />
    Pour le reste, le prochain smartphone de LG permettra d'éditer à la volée des vidéos, de visionner des vidéos YouTube sans passer par le portail web ou encore d'accéder à des applications Google. Intégrant une suite multimédia pour écouter des musiques MP3 ou visualiser des vidéos en MPEG-4 et DivX, le LG KU990 intègrera enfin un port pour carte mémoire Micro SD, une sortie TV et un visionneur de documents.

L'iPhone fête tout juste son millionième exemplaire vendu, et tandis qu'Apple déguste son succès sur le marché des smartphones, d'autres n'attendent pas pour casser l'exclusivité du combiné avec l'opérateur américain AT&T.

    <br />
    iphoneOn le sait maintenant depuis plusieurs jours, un logiciel de déblocage total de l'iPhone est déjà disponible, pour utiliser le téléphone d'Apple comme un combiné classique, sur les réseaux de tous les opérateurs téléphoniques du monde.
    <br />

    <br />
    Il semble maintenant que certains revendeurs passent des commandes pour acheter un premier logiciel « commercial » de déblocage de l'iPhone. Un programme fait pour se vendre, mais dont la légalité semble a priori compromise. Tout dépendra de la réaction d'Apple face à ce qui s'avère être un problème pour la firme : le moyen de contourner toutes les futures exclusivités négociées entre Apple et les opérateurs mobiles du monde entier.
    <br />

    <br />
    Un revendeur américain propose déjà sur le marché un logiciel appelé « iPhoneSIMFree », qui permet d'insérer les cartes SIM de tous les opérateurs, malgré l'exclusivité d'AT&T. La bidouille logicielle coûte 99 dollars. IphoneSIMFree a récemment été racheté par un acquéreur encore inconnu, dont les revendeurs semblent aujourd'hui attendre les licences avant de vendre le programme. Une démarche étonnamment respectueuse de la légalité pour un programme loin d'être tout propre.
    <br />

    <br />
    La licence en question coûterait environ 50 dollars, et d'autres revendeurs proposent le logiciel moins cher, autour de 35 dollars en Australie et en Allemagne. Cependant, chez tous les revendeurs, le logiciel est pour l'instant en précommande, les licences n'ayant pasiphone encore été distribuées.
    <br />

    <br />
    Le principal problème ici est qu'Apple risque de contre-attaquer par des mises à jour du firmware de son iPhone, ou via une nouvelle version qui rétablira le blocage SIM du combiné. Il semble que la version 1.02 du firmware n'ait en revanche pas du tout empêché les programmes de déblocage de fonctionner. Et pour l'instant, Apple ne s'est pas encore exprimé sur ses intentions...
    <br />

    <br />
    <b>source: pcinpact.com</b>

Selon une étude réalisée par l’Institut iBase, la radio, relativement absente des mobiles serait réclamée par les utilisateurs
Publicité

    <br />
    La radio n’est pas vraiment présente sur les mobiles. Il y a quelques années, la présence d'un récepteur FM sur certains combinés était un argument de vente. Aujourd'hui, les références intégrant cette fonction sont de plus en rares. A l'heure du succès de la vidéo ou de la TV mobile, la radio est rangée aux oubliettes.
    <br />

    <br />
    Les fabricants auraient tort de ne pas s’en émouvoir. Car selon une étude réalisée par l’institut iBase et relayé par Les Echos, sur 74% des possesseurs de mobile dépourvus de radio, plus de la moitié souhaiteraient posséder ce média sur leur combiné. Le document montre que les constructeurs ne sont pas assez sensibles à la demande.
    <br />

    <br />
    Selon, Stéphane Rogeon, directeur des études et de la recherche, "la radio n’est pas génératrice de revenus pour un opérateur. Les constructeurs se concentrent donc sur les fonctions de téléchargement, plus génératrice de revenus pour leurs clients".
    <br />

    <br />
    Ni le géant finlandais Nokia qui a écoulé 100 millions d’unités entre avril et juin, ni le coréen Samsung, pas plus que l’américain Motorola ne mettent en avant la fonction radio de leurs terminaux, lorsqu’elle est disponible. Et pour cause. La présence de la radio ne conditionnerait pas le choix d’achat d’un mobile.
    <br />

    <br />
    Et pourtant, ce sont souvent le services les plus simples qui permettent à un téléphone de trouver son public.
    <br />

    <br />
    source: silicon.fr

Le marché de l’accessoire pour la téléphonie mobile, future poule aux œufs d’or ? Pour s’en convaincre, il suffit d’examiner les chiffres publiés par le cabinet ABI Research. En 2007, les accessoires génèreront près de 32 milliards USD de recette soit beaucoup plus que le marché du smartphone estimé à 27 milliards USD. La majorité des revenus (77%) proviendra des accessoires vendus en « after-market », le reste étant compris dans les packages des mobiles. Selon un responsable d’ABI, l’augmentation des accessoires est liée au progrès de la technologie mais aussi par le désir du client de personnaliser son mobile. Ce marché n’a pas échappé aux fabricants de mobiles et aux opérateurs qui voient en lui la possibilité de réaliser de confortables marges mais c’est aussi un moyen de favoriser leurs propres marques. C’est le cas de Nokia et de Motorola. Le premier joue sur le perfectionnement du mobile (« Mobile Enhancement ») tandis que le second met l’accent sur la personnalisation (« Personalization » et « Self-Expression »). Pour ABI, le marché va se consolider d’ici les 5 prochaines années et atteindre les 80 milliards en 2012.

    <br />
    <b>source: tekit.fr</b>