L'association Familles de France a décidé de poursuivre l’éditeur et l'hébergeur de "Second Life" et à titre subsidiaire, les fournisseurs d'accès français.

    <br />
    Motif de la plainte ? L'association aurait relevé dans le monde virtuel de Second Life des pratiques perçues comme illégales et dangereuses pour les mineurs comme "de la pornographie, des jeux d’argent, et de la visualisation de contenus sensibles et de l'achat de drogue virtuelle".
    <br />

    <br />
    Pour rappel, Second Life est un univers virtuel qui compte près de 7 millions de résidents. Des lieux, des habitants, des commerces, une monnaie... Second Life est une simulation qui permet à l'internaute de vivre une seconde vie.
    <br />

    <br />
    Familles de France attaque aussi les FAI pour les forcer à bloquer les accès vers Second Life. A la suite d'une assignation en référé, l'audience aura lieu le 18 juin au tribunal de grande instance de Paris. Les FAI se défendent en insistant sur la mise à disposition d'un outil gratuit de contrôle parental. Internet est une invention aussi riche qu'exceptionnelle mais le web reflète, hélas, aussi les mauvais côtés de la société. Il est important d'éduquer les plus jeunes et d'encadrer la navigation en ligne. Second Life est-il plus en cause qu'un autre site ou logiciel ? Ou sert-il de cheval de bataille et de symbole ?

Bruce Willis est un mec cool. Le genre de personne capable de passer une journée en enfer et d’en revenir vivant. Mais Bruce Willis, c’est surtout quelqu’un qui se tient au courant d’Internet et des nouvelles technologies. L’acteur s’est même permis un petit détour dans le monde virtuel de Second Life pour faire la promotion de son prochain film, Die Hard 4 : retour en enfer.
Bruce Willis, nouvelle star de Second Life

    <br />
    Quelques journalistes ont donc suivi la star pour lui poser quelques questions, vendredi dernier dans la soirée, à 00h15. L’acteur s’est plutôt bien prêté au jeu et a même accepté de ressortir son célèbre « Yeppeee-kai-yay, motherfucker ! » tiré du premier Die Hard. Il a bien sûr parlé de son prochain film, qui sortira le 4 juillet prochain, et a indiqué avoir préféré Second Life pour une interview, trouvant les « vrais » journalistes, trop blasés... Enfin, après Bruce Willis, d’autres stars oseront-elles s’attaquer à la barrière virtuelle qui les sépare de leurs fans ?

ealnetworks a indiqué que la prochaine version de son lecteur Realplayer aura une option pratique: elle autorisera l’enregistrement des vidéos en ligne de type Flash (.FLV) et autre formats en streaming. Un simple bouton accessible depuis le navigateur permettra ainsi d’importer les flux provenant de Youtube, Dailymotion et autres sites d’hébergement.

    <br />
    Ces vidéos pourront automatiquement être gravées CD (ou DVD, option prévue pour RealPlayer 11 Plus, vendu 30 dollars), voire partagées avec ses proches. Real, Windows Media, et Quicktime seront pris également en compte. Plusieurs téléchargements pourront se faire en même temps, prévient encore l’éditeur
    <br />

    <br />
    Les flibustiers devront passer leur chemin puisque RealPlayer ne pourra traiter (télécharger, ou enregistrer) que les vidéos non protégées par DRM (Digital Rights Management – verrous numériques restreignant l’usage). Une version bêta du logiciel sera disponible sur le site officiel mi-juin. Des options suffisantes pour attirer ceux des utilisateurs qui, en matière de lecteur multimédia, auront préférés jusqu'à présent l’ultra léger VLC ?


La volonté affichée du prochain volet de la série Medal of Honor est de s'éloigner du schéma classique et linéaire qui est le sien depuis le début. Ainsi, en vous faisant endosser le treillis d'un membre d'un régiment de parachutistes américains combattant en Europe durant la Seconde Guerre mondiale, c'est notamment au début de chaque mission que le changement se fera sentir. A peine sorti de l'avion et suspendu à votre bout de toile, vous allez pouvoir choisir votre point d'entrée vers le niveau qui vous attend plus bas en utilisant les commandes de mouvement afin de donner au parachute un angle d'attaque qui vous rapprochera de votre objectif. Chacun des niveaux propose donc plusieurs zones d'atterrissage très différentes les unes des autres. Il y a des endroits relativement sûrs où le joueur bénéficiera d'un apport régulier en renforts. Ils sont identifiables du ciel par un fumigène vert. D'autres endroits, représentés par des petits parachutes constitueront des points d'entrée stratégiquement très intéressants mais pouvant être ratés très facilement. Et dans ce cas, vous vous retrouveriez au beau milieu d'un tombereau de nazis énervés, ce qui constitue rarement une bonne nouvelle.

    <br />
    La démonstration à laquelle nous avons pu assister ayant eu lieu sur un niveau se déroulant dans un village où il fallait détruire des batteries de DCA, nous avions le choix entre un atterrissage sur les toits, au beau milieu d'une rue bourrée de soldats adverses ou en périphérie du bourg, dans une des zones sûres précitées ou encore sur l'un des nids de canon léger qui faisait office d'objectif. Non seulement ce dernier était particulièrement loin, donc très difficile à atteindre mais il était clair que les servants et les sentinelles n'auraient aucune difficulté à allumer un pauvre GI tombant du ciel une fois qu'il serait pris dans le halo du projecteur. Donc, mauvais choix. Après avoir tenté de contrôler le trajet, nous finissons un peu malgré nous sur un toit. Il est clair que le parachutisme dans Airborne demande un peu de pratique.
    <br />

Le numéro quatre mondial du disque vient d'annoncer qu'il mettrait bientôt en ligne ses archives de vidéos musicales. Les internautes pourront les consulter gratuitement. Warner Music, qui produit entre autres Madonna et les Red Hot Chili Peppers, va travailler avec le fournisseur de services numériques Premium TV pour créer des services de vidéos en ligne ou « centres numériques » qui seront organisés par artistes, par genres ou par labels et financés par la publicité. Ces plates-formes diffuseront des séquences inédites et pourraient être disponibles en plusieurs langues, a fait savoir Warner.

    <br />
    <b>Nouveaux revenus</b>
    <br />

    <br />
    L'industrie du disque cherche actuellement de nouvelles formes de revenus pour compenser la chute des ventes de CD et suit de près l'explosion des sites Internet de vidéos. Si ces services seront libres d'accès et financés par la publicité, les internautes mélomanes devront, en revanche, payer pour pouvoir télécharger les vidéos. Warner réfléchit également à vendre son contenu sous licence. L'accord comprend en outre la possibilité à l'avenir de développer des services d'abonnement ainsi qu'une version destinée aux plates-formes mobiles. 

« Les Sims font leur cinéma », non, il ne s'agit pas là du titre d'une énième extension, mais bien de l'arrivée prochaine des Sims dans les salles obscures ! Electronic Arts a effectivement vendu les droits de la série des Sims à la 20th Century Fox. Pour rappel, la série des Sims constitue à ce jour les jeux et le jeu vidéo le plus vendu de tous les temps. Le premier jeu, Les Sims a vu le jour en février 2000. Il a été suivi de nombreuses extensions et notamment d'une nouvelle version, entièrement en 3D, nommée Les Sims 2 , qui profite elle aussi désormais de très nombreuses extensions officielles développées par Electronic Arts / Maxis.

    <br />
    On ignore toutefois comment va être adapté ce célèbre jeu au cinéma et sur quels éléments sera basé le script du film, mais peut être que cette vidéo parodique donnera des idées aux auteurs du script. Auparavant, de nombreux jeux ont été adaptés au cinéma (avec plus ou moins de succès), on peut ainsi citer : Tomb Raider, Doom, Mortal Kombat, Resident Evil et Silent Hill. Les termes financiers de cet accord pour l'adaptation des Sims au cinéma n'ont pas été dévoilés.
    <br />

Comme son aîné, le nouveau titre de Next Level Games propose aux joueurs de s’adonner à des matchs de foot un peu particuliers, comprendre revisités sauce Miyamoto. Ainsi, en utilisant quelques raccourcis journalistiques un peu faciles mais bien pratiques, on pourrait dire que Mario Charged est un peu à PES ce que Mario Kart est à Gran Turismo. Une alternative fun, décalée et résolument arcade, où les arbitres et les règles strictes ont cédé la place aux super coups et aux jets de carapaces. Si la mouture Gamecube du jeu avait déçu par le faible nombre de personnages et de modes de jeu proposés, l’équipe en charge du développement a semble-t-il cette fois-ci retenu la leçon. Cette nouvelle édition nous propose désormais d’incarner une belle brochette de capitaines, à savoir Mario, Luigi, Peach, Donkey, Yoshi, et Daisy du côté des gentils, Wario Waluigi et Bowser du côté des super vilains. A ces personnages de base pourront s’ajouter trois cachés dont on n’a bien évidemment pas voulu nous donner l’identité.

    <br />
    A côté de cette dizaine de numéro 10, on retrouve les traditionnels acolytes, précieux seconds couteaux qui viendront vous seconder durant les matchs. Si on devait se contenter d’un seul type de sidekick sur Gamecube, l’accent est cette fois mis sur la diversité et la personnalisation. Ainsi, avant le match, il sera possible de composer soi-même son équipe, en choisissant soigneusement les deux ailiers et le défenseur parmi huit persos aux caractéristiques distinctes. Si Koopa, Toad et Boo excelleront dans les déplacements et les passes, Les Hammer Bros et Shy Guy seront davantage offensifs tandis que Dry Bones, Birdo et Monty Mole joueront les défenseurs de choc. Un panel de personnages varié donc, qui devrait permettre à tout un chacun d’affiner ses stratégies en fonction de son style de jeu.
    <br />

    <br />
    Les stades, théâtres des affrontements dantesques du jeu, se sont pas en reste et ont eux aussi subis un léger lifting. Tous les niveaux de la version Gamecube sont bien évidemment présents, comme le fameux Bowser Stadium ou le Konga Coliseum, mais ils bénéficient désormais de textures plus fines et d’un public crédible. On en attendait pas moins. En plus des stades « Classic », dix nouvelles arènes font cette année leur apparition (dont sept à débloquer). Fun et diablement vicieuses, elles permettront aux joueurs les plus hardis de s’essayer au foot par grand vent (avec tracteurs et autres vaches qui traversent l’écran) sur « Thunder Island » ou encore de jouer sous le soleil de « The Sand Tomb », stade unique où des blocs de pierre farceurs viennent s’écraser au hasard. Bien plus que dans le précédent opus, les poncifs de la série s’affichent clairement au grand jour pour le plus grand plaisir des fans.
    <br />

    <br />

    <br />

C’est une tradition, les productions américaines qui cartonnent au cinéma engendrent presque toujours de mauvais jeux vidéo. Spider-Man 3, troisième opus de la saga de l’homme-araignée, n’échappe pas à la règle.

Disponible sur Internet, ce jeu vidéo amateur suscite un débat houleux sur Internet

    <br />
    PublicitéPigpen : un pseudo bien choisi, pour le protagoniste de l’histoire relatée par le quotidien La Stampa du 17 mai.
    <br />

    <br />
    Le 12 mai dernier, Ryan Lambourn, un jeune australien qui se cache derrière ce surnom, met en ligne un jeu vidéo amateur, développé en flash, sur Newsgrounds, un site de partage.
    <br />

    <br />
    Sa « création » V-Tech Rampage, s’inspire directement de la tragique fusillade du Virginia Polytechnic Institute, au cours de laquelle 33 étudiants, dont l'auteur du carnage compris, ont peri. Le jeu retrace le parcours du meurtrier, à travers les dédales de l’université. Un jeu de massacre, en somme. 
    <br />

    <br />
    Sur le site, certains utilisateurs complimentent l’auteur pour sa réactivité à réaliser le jeu, d’autres protestent. Et la presse spécialisée s’empare de l’affaire.
    <br />

    <br />
    <b>Enchères massacrantes</b>
    <br />

    <br />
    C’est alors que le provocateur fait monter les enchères. Sur son propre site, googumproduce.com, il publie un chantage d’aussi mauvais goût que son jeu. Il s’engage à retirer ce dernier du site communautaire s’il reçoit 1.000 dollars, et de son propre site, pour 2.000 dollars. Plus encore : pour 3.000 dollars, il se déclare prêt à faire ses excuses. Résultat : son fournisseur d’accès désactive son compte.
    <br />

    <br />
    Aujourd’hui, le jeu reste donc accessible sur le site communautaire. Il a été vu plus de 241.000 fois.
    <br />

    <br />
    Le jeune Australien a expliqué à la presse de son pays que son chantage n’était qu’une réaction aux commentaires des Internautes. Le tout, en prenant la pose de l’artiste incompris. Mais pour nos confrères de PC Impact, le jeu "n’est pas original. […] Ce n’est qu’un argument pour les commentateurs de droite, qui ont soutenu que la fusillade était causée par l’usage excessif des jeux vidéos". Deux ans auparavant, déjà, Super Columbine Massacre MPG, un autre jeu amateur, s’était inspiré de la précédente tuerie. D’après les commentateurs, toutefois, il comportait une critique de la société.
    <br />

    <br />