Il manquait un Assistant tout-en-un de dernière génération au catalogue d'Asus. C'est chose faite, puisque le constructeur annonce la commercialisation du successeur du P525 : le P535. Au programme, quelques évolutions qui le place en concurrence avec des PDA communicants récents tels que l'Eten Glofiish X500 ou des modèles signés HTC.

Ainsi le P535 se pare d'une fonction GPS qui, grâce au logiciel de navigation qui l'accompagne, fait de ce PDA un véritable guide numérique. Reste que pour en profiter, il faudra acheter un support voiture et, accessoirement, un chargeur allume -cigares pour les trajets de longue durée. En effet, aucun de ces deux accessoires n'est livré, mais il est très rare qu'il en soit autrement même chez la concurrence.

Petite originalité, et non des moindres, cet assistant personnel pourrait prendre l'allure, ou du moins les fonctions, d'une télécommande. Grâce à son contrôleur Bluetooth et son joystick, il serait capable de piloter une présentation, PowerPoint par exemple, qui se déroule sur un ordinateur de bureau ou portable, lui-même relié à un vidéoprojecteur.

Côté matériel pur et dur, le P535 est animé par un processeur véloce (520 MHz) et une capacité de mémoire vive dans la moyenne (64 Mo). La mémoire interne de l'appareil accueillera sans souci d'autres applications en fonction de votre utilisation.

Cet appareil inclut un module Wi-Fi. Ce dernier sera très pratique pour les abonnés de Free. En effet, après avoir installé un client SIP, ceux-ci pourront utiliser n'importe quelle connexion Internet Wi-Fi, ouverte ou cryptée (s'ils disposent de la clé de cryptage), pour passer leurs appels en utilisant leur abonnement ADSL. Quelques tests sur notre lieu de travail avec une borne Wi-Fi se sont montré très concluants.

Côté téléphonie, le P535 régresse par rapport au P525 puisque l'on passe d'un GSM quadribande à un modèle tribande, toujours compatible GPRS...

Wmcsat Algérie et France télécom mobile satellite communications ont lancé avec leur partenaire Thuraya Algérie, le nouveau téléphone satellite SO-2510.


LG vient de remporter le prix récompensant le meilleur design de produit décerné par l’International Forum Design.

    <br />
    Il est vrai que ce LG KE850 est un téléphone des plus séduisant.
    <br />

    <br />
    Peu d’informations
    <br />
    On sait par contre très peu de choses à son sujet, si ce n’est que l’écran tactile présente une résolution de 240 x 400 pixels et remplace ainsi le clavier habituel. Devant le peu de détails communiqués par LG, nous vous laissons donc admirer ce modèle. 
    <br />

    <br />
    Plus d’informations viendront certainement dans les prochaines semaines... 


L'essor de la téléphonie mobile et le très grand nombre d'utilisateurs de services Web continuent d'intéresser de plus en plus les hackers et autres malfaiteurs de l'informatique. Dernière étape en date, les spywares, ou logiciels espions, dont les premiers exemplaires ont été détéctés sur certains téléphones.

C'est à McAfee que revient la primauté de la découverte. L'éditeur américain de solutions anti-virus a en effet récemment annoncé la détection d'un logiciel espion visant les téléphones mobiles, plus particulièrement ceux équipés du système Symbian S60, comme par exemple le Nokia N73 (notre photo). Rappelons que c'est Nokia qui constitue le principal "vendeur" de mobiles Symbian S60, le finlandais étant parti-prenante dans le développement et le devenir du système d'exploitation.

Dans la pratique, le programme, baptisé SymbOS/MultiDropper.CG, est capable de mémoriser tous les SMS transitant par le téléphone (entrée et sortie), de même qu'il s'avère à même de garder une trace des appels émis ou réçus.

Selon McAfee, ce spyware se baserai sur logiciel commercial Flexispy dont il reprend d'ailleurs une partie du code. Il se transmet ensuite par MMS, Email, Bluetooth, Infrarouge ou carte mémoire. Enfin, il nécessite une confirmation d'installation de l'utilisateur pour agir.

L'éditeur précise toutefois que la nature de SymbOS/MultiDropper.CG n'est pas réellement dangereuse, à l'instar des autres virus pour mobiles qui ne présentent, pour l'heure, qu'un risque contenu.

Reste que l'existence même d'un tel logiciel donne matière à réfléchir et ouvre la porte à bon nombre de dérives. Ainsi, tous les éditeurs d'anti-virus s'accordent à dire que les téléphones mobiles représenteront la cible principale des malfaiteurs numériques en 2007 et - plus que jamais - la bonne connaissance du fonctionnement du matériel peut être salvatrice...


Payer ses achats avec son téléphone portable est désormais possible à Strasbourg où une expérience pilote est menée depuis quelques semaines par le groupe bancaire Crédit Mutuel-CIC et l'opérateur de téléphonie mobile NRJ Mobile.

Le principe est simple : la carte bancaire est insérée directement dans la carte SIM du téléphone. Au moment de régler, le client présente son téléphone devant une borne spécifique: le montant s'affiche alors sur le mobile et le client est invité à composer son code secret sur le clavier du portable, deux clés de cryptage sécurisant la transaction.

Solidement implanté dans l'Est, le groupe bancaire Crédit Mutuel-CIC, actionnaire à hauteur de 10% de NRJ Mobile, a décidé de mener cette opération sur Strasbourg et sa proche banlieue.

Lancée en partenariat avec Gemalto, Inside Contactless, MasterCard, Sagem Communication et Sagem Monétel, l'expérience concerne près de 160 clients du Crédit Mutuel et de NRJ Mobile qui peuvent d'ores et déjà régler leurs achats avec leur téléphone portable auprès d'une cinquantaine de commerçants équipés du lecteur adéquat.

L'éventail des commerces est varié, de la boulangerie à la restauration en passant par les salons de coiffure et les garages.

"C'est une première mondiale, c'est la première fois que l'on regroupe ensemble la carte SIM, la carte bancaire et le +sans-contact+", assure Bernard Sadoun, responsable des relations extérieures au Crédit Mutuel Centre Est Europe, qui se dit "persuadé que le téléphone mobile sera le moyen de paiement du futur".

En deux mois, environ 500 opérations ont été enregistrées --essentiellement en boulangeries, tabac et maisons de la presse--, pour un montant moyen d'une douzaine d'euros.

Avec une centaine de transactions depuis la mi-novembre, la boulangerie Gillig, à Schiltigheim (banlieue de Strasbourg) enregistre pour l'heure le plus grand nombre d'utilisateurs.

"Je pense que c'est l'avenir", affirme d'emblée Sylvanie Schmitthaeusler, patronne de la boulangerie. "C'est un mode de paiement très pratique, peut-être plutôt pour une clientèle jeune mais je crois que ça devrait bien fonctionner", estime-t-elle. "Il faut juste que ça rentre dans les moeurs..."

Même son de cloche à La Taverne du sommelier, restaurant strasbourgeois niché au coeur du quartier de la Krutenau: "c'est une façon de payer très simple", commente le patron Martin Schreiber, même si "pour l'instant, peu de clients sont équipés (...) Nous n'avons enregistré qu'une dizaine de paiements en un mois. Plutôt des gens du Crédit Mutuel..."

"Plus largement diffusé, ça marchera sans doute", assure-t-il toutefois.

"Techniquement, ça fonctionne comme on l'avait prévu", se réjouit pour sa part Bernard Sadoun. Après un premier bilan en janvier, "notre objectif sera de passer fin 2007 à une vitesse supérieure", notamment par le biais d'une synergie avec d'autres banques, d'autres opérateurs et dans d'autres zones géographiques, souligne-t-il.

"On peut également imaginer intégrer d'autres fonctionnalités dans le mobile", poursuit-il, par exemple les cartes de transports "types +Navigo+ à Paris ou +Badgéo+ à Strasbourg".

Et Bernard Sadoun de s'enthousiasmer: "à terme, pourquoi ne pas faire du téléphone mobile le +couteau suisse de l'homme moderne?"

Plus de 2.000 milliards de SMS devraient être échangés dans le monde en 2010, en grande majorité en Asie-Pacifique, contre moins de 1.000 milliards en 2005, prévoit une étude du cabinet Gartner.

    <br />
    Selon l'étude, 936 milliards de SMS ont été échangés dans le monde en 2005, générant 39,5 milliards de dollars de recettes. Le nombre de messages par téléphonie mobile devrait atteindre 2.300 milliards en 2010, pour un revenu estimé à 72,5 milliards de dollars.
    <br />

    <br />
    La croissance la plus forte est attendue dans la région Asie Pacifique, où 1.800 milliards de SMS seront envoyés, contre 318 milliards en Amérique du Nord et 213 milliards en Europe de l'Ouest, selon Gartner.
    <br />

    <br />
    "Personne ne pouvait prévoir le succès phénoménal du SMS, et la course pour lui trouver un successeur est lancée", a commenté Nick Ingelbrecht, analyste chez Gartner. "Sans aucun doute, il y a un besoin pour de nouveaux services, mais aucun des services actuellement déployés, comme la messagerie instantanée, la messagerie vidéo, le mail par téléphone mobile ou la messagerie intégrée, ne se distingue particulièrement pour l'instant", a-t-il ajouté.
    <br />

    <br />
    Gartner ne prévoit par exemple pour les MMS (multimedia messaging service, SMS avec son et vidéo, ndlr) que 47,4 milliards de messages échangés dans le monde en 2010 contre 8,3 milliards en 2005.
    <br />

Le sud-coréen LG Electronics a annoncé mardi une alliance avec la marque de luxe italienne Prada afin de développer un téléphone mobile sophistiqué.

    <br />
    "Nous éprouvons une passion pour le développement de téléphones exclusifs qui correspondent au désir des consommateurs d'exprimer leur personnalité dans l'achat d'un mobile et nous croyons fortement que Prada partage ce sentiment", a déclaré le président de LG Electronics, Park Mun-hwa.
    <br />

    <br />
    Le nouveau téléphone, dont la vente débutera début 2007 en Europe, avant l'Asie, sera "unique, sophistiqué et élégant, avec une interface qui abandonne les claviers traditionnels", promet LG dans un communiqué.
    <br />

    <br />
    "Au même titre que nous le faisons avec le prêt-à-porter et les accessoires, nous souhaitions réaliser un progrès. Conformément à cette approche, nous n'apposons par notre marque sur un produit existant", a précisé le président de Prada, Patrizio Bertelli, cité dans le communiqué.
    <br />

Modelabs vient de présenter trois nouveaux modèles de "concept phone" faisant appel aux énergies renouvelables pour le rechargement des batteries.

Le premier, baptisé "Yo-yo s'inspire du jouet traditionnel pour exploiter l'énergie solaire et cinétique nécessaire à son autonomie". D'une forme toute ronde, il est composé de cellules photovoltaïques, d'un balancier à mouvement circulaire et d'une oreillette à dérouler pour déclencher le mouvement du balancier. De plus, il est conçu pour s'accrocher autour du cou. Le second, le U-Turn "récupère l'énergie issue de l'ouverture du clavier pour recharger ses batteries". Il peut fonctionner en mode clavier fermé ou en mode clavier ouvert. Enfin, le bien nommé Runaway a été conçu pour la pratique d'activités physiques. En effet il "transforme les mouvements du sportif en énergie électriques (mécanisme cinétique)". Il est doté d'un module à porter sur soi ou sur son équipement sportif (bracelet, matériel de fitness...), de périphériques communicants Bluetooth (casque stéréo, podomètre) et dispose même de fonctions de mesures (tachymètre...).

ModeLabs Group conçoit, développe et distribue des téléphones mobiles, des accessoires et des services à destination d'opérateurs, de distributeurs et de marques grand public. Ses trois nouveaux concept phone à énergie renouvelable ont été présenté lors du « Happy Zone Kfé », un évènement organisé par SFR.

L'étude menée par l'Institut danois d'épidémiologie du cancer à Copenhague est d'une envergure sans précédent : menée sur 420.000 personnes propriétaires d'un mobile au Danemark elle démontre que l'utilisation d'un téléphone portable n'augmente pas les risques de cancer. Les chercheurs ont tenté de voir s'il y avait une association entre l'usage d'un téléphone mobile et les risques de cancer, et ont mené une investigation sur 420.000 Danois utilisateurs de portables.
Réalisée entre 1982 et 1995 dans un premier temps, puis jusqu'en 2002 dans un second temps, c'est l'étude la plus longue jamais menée sur le sujet. Certaines personnes ont en effet été suivies par l'équipe de recherche durant presque deux décennies ! Les chercheurs ont ainsi pu établir que la proportion de personnes atteintes d'un cancer était quasiment identique chez les utilisateurs de téléphone mobile et chez les autres. L'étude conclut donc qu'il n'y a pas d'association entre les risques de tumeur et l'utilisation d'un téléphone portable.

    <br />
    De nombreuses études sur les effets du téléphone portable sur la santé sont régulièrement menées. Déjà, en décembre 2005, un chercheur de l'OMS (Organisation Mondiale de la santé) déclarait que « selon les données scientifiques actuelles, il est peu probable que l'exposition aux champs RF, tels que ceux émis par les téléphones portables et leurs stations de base, induise ou favorise l'apparition de cancers ».
    <br />

    <br />

    <br />
    Consulter les conclusions de l'étude sur le site du « Journal of the National Cancer Institute (en anglais)
    <br />