Au sein d’Algérie Télécom, on s’inscrit d’ores et déjà dans la perspective de la certification des produits de l’opérateur historique. A cet effet, des sources proches de la direction générale d’Algérie Télécom indiquent que le nouveau patron d’AT, M. Slimane Kheirredine, a inscrit parmi ses priorités managériales la mise en place de système de management de la qualité. Ce der-nier aura pour principal objectif la certification des produits d’Algérie Télécom.

Les changements sont multiples, et pas seulement sur le plan visuel. Du menu Démarrer au poste de travail, en passant par le bureau et Internet Explorer... Voici les principales innovations.

Non sans un certain retard par rapport à la version commerciale, Adobe vient de mettre en ligne la nouvelle version 8.0 de son lecteur de fichiers PDF. Anciennement baptisé Acrobat Reader, celui qu'il convient dorénavant d'appeler Adobe Reader se dote pour cette huitième mouture d'une nouvelle interface et de nouvelles options. La nouvelle interface a été conçue pour optimiser la surface de l'écran et Adobe Reader se pare d'un mode lecture et d'une fonction panoramique. Intégré à la technologie Adobe Acrobat Connect, le client Adobe Reader permet dorénavant d'assister à des réunions en ligne. Le logiciel offre un meilleur support des révisions collectives de documents et intègre un lecteur simple RSS. Adobe précise que son Reader tire profit des processeurs graphiques pour offrir une accélération 2D des fonctions de zoom et de défilement dans les documents.

    <br />
    Disponible dès maintenant en langue française, Adobe Reader 8.0 est compatible Windows XP, Windows 2000 et Windows Vista. Vous pouvez le télécharger depuis cette fiche. Notez que la version 8.0 pour MacOS est également disponible. Cette dernière est déclinée en deux fichiers, un pour PowerPC, l'autre pour Intel.
    <br />

SAN FRANCISCO (AFP) - 06/12/2006 08h16 - Le groupe internet Yahoo! a annoncé mardi soir une vaste réorganisation de son fonctionnement et de sa direction, afin de doper sa croissance notamment sur le segment publicitaire où il a perdu du terrain face à son rival Google.

Pour commencer, le directeur général (COO) Dan Rosensweig quittera ses fonctions en mars prochain, selon un communiqué.

Le groupe sera à l'avenir organisé en trois pôles: l'un dédié aux outils pour ses clients (moteur de recherche, communication, communautés, médias), le deuxième consacré à la publicité, dirigé par Susan Decker, jusqu'ici directrice financière, tandis que le troisième gèrera le développement technologique du groupe.

Cette simplification doit permettre d'"accélérer la prise de décision" a expliqué le PDG Terry Semel. Yahoo! souhaite aussi améliorer son outil publicitaire et aider à dégager des revenus, son point faible.

Ces modifications de structure prendront effet le 1er janvier et Yahoo! compte achever sa réorganisation d'ici fin mars 2007.

Yahoo!, qui possède le site internet le plus visité aux Etats-Unis, réagit alors qu'il est bousculé par son grand rival Google.

Ce dernier semble avoir récemment pris une longueur d'avance en donnant l'impression d'être à la pointe de l'innovation (achat du site gratuit et très populaire d'échange de vidéos YouTube).

Dans un document interne, dont le contenu a largement filtré dans la presse américaine, un cadre dirigeant de Yahoo! avait il y a peu mis les pieds dans le plat en critiquant la stratégie trop dispersée et bureaucratique à ses yeux du groupe et en appelant à un recentrage du portail internet américain.

Ce mémo, intitulé "Manifeste du beurre de cacahuète", incitait les plus hauts dirigeants de la société à faire porter leurs efforts sur quelques priorités judicieusement choisies plutôt qu'étaler largement et insuffisamment les ressources, comme du beurre de cacahuète sur une tartine.

"Ce faisant, nous ne nous concentrons sur rien en particulier", expliquait l'auteur du document de quatre pages, Brad Garlinghouse, senior vice-président de Yahoo! qui prônait également une refonte de l'encadrement. Chose désormais concrétisée.

Yahoo!, dont les services s'étendent de la messagerie électronique au recrutement professionnel en ligne, en passant par les recettes de cuisine, voit son influence reculer et pourrait être dépassé par son rival Google en nombre d'utilisateurs cette année, rappelle le quotidien américain des affaires.

Google devrait de loin devancer son rival Yahoo en 2006 en terme de recettes publicitaires aux Etats-Unis, avec 4 milliards de dollars contre 2,9 milliards pour Yahoo! (hors coût d'acquisition du trafic) alors que les deux groupes étaient à égalité en 2005, selon une étude de l'institut eMarketer.

Les experts du secteur reprochent à Yahoo! de se contenter de copier tout ce qui marche chez ses concurrents et de ne pas assez se concentrer sur deux ou trois secteurs vraiment porteurs. Ce qui lui vaut d'avoir pris du retard sur les blogs ou la messagerie instantanée par exemple.

Pour sa défense, le groupe a rappelé mardi soir avoir déjà réagi en lançant en novembre une série d'initiatives: la mise en route de sa nouvelle plate-forme de distribution publicitaire Panama, un accord avec 150 quotidiens américains pour regrouper les petites annonces et adresser des publicités ciblées aux lecteurs, un partenariat avec l'opérateur téléphonique Vodafone dans le segment des publicités sur téléphones portables, un outil de gestion publicitaire pour l'internet nomade et le rachat prévu de Bix.com, site internet qui organise des concours d'amateurs.


Deux milliards de personnes dans le monde ont un téléphone portable et les technologies numériques personnelles se développent à une vitesse révolutionnaire, avec des effets sensibles sur la vie quotidienne, relève l'Union internationale des télécommunications (UIT) dans un rapport.

    <br />
    Le rythme de croissance de l'utilisation des appareils connectés aux réseaux numériques mondiaux dépasse celui de tout autre moyen de communication dans l'histoire, indique l'UIT, une agence de l'ONU, dans son rapport publié dimanche et intitulé "Internet Report 2006: Digital.Life".
    <br />

    <br />
    "Nous sommes au milieu d'une révolution numérique", relève l'un des auteurs, Lara Srivastava.
    <br />

    <br />
    Une personne sur deux dans le monde sera un utilisateur de téléphone portable dans les deux prochaines années, souligne le rapport, dont la publication coïncide avec l'ouverture du Salon international des télécommunication à Hong Kong.
    <br />

    <br />
    "Aujourd'hui, environ une personne sur trois sur la planète possède un téléphone portable", a déclaré Lara Srivastava à la presse.
    <br />

    <br />
    Cette tendance ne transforme pas seulement les transactions commerciales, elle commence aussi à avoir un profond impact sur la façon dont les gens interagissent et sur leur vie privée, avertit le rapport.
    <br />

    <br />
    La communication numérique par internet ou téléphone portable est devenue le premier média utilisé pour les loisirs des moins de 55 ans, devançant la télévision, la radio, les quotidiens, les magazines et le cinéma, selon les données collectées par l'UIT.
    <br />

    <br />
    Les lignes de téléphone fixes ont mis 125 ans pour dépasser le milliard d'unités, en 2001, alors qu'il n'a fallu que 21 ans au téléphone portable pour atteindre le même niveau, indique le rapport.
    <br />

    <br />
    Depuis, les connexions fixes ont évolué à un taux beaucoup plus lent pour atteindre 1,2 milliard d'utilisateurs, tandis que le téléphone portable a poursuivi son expansion rapide.
    <br />

    <br />
    "Il est remarquable de constater que le second milliard a été atteint en seulement trois ans, et si la tendance se poursuit, nous aurons trois milliards d'utilisateurs, une personne sur deux, d'ici à fin 2008", relève l'autre coauteur du rapport, Tim Kelly, chef de l'unité politique et stratégique de l'UIT.
    <br />

    <br />
    L'organisation estime que l'internet et les marchés des technologies de la communication pèsent près de 3,13 trillions de dollars, soit 7% du produit intérieur brut mondial.
    <br />

    <br />
    Depuis les années 1990, les taux de croissance dans le secteur ont été "frénétiques", malgré l'éclatement de la "bulle spéculative" survenu lorsque les titres boursiers liés à l'internet ont plongé en 2000, note M. Kelly.
    <br />

    <br />
    "Beaucoup de gens ont alors pensé qu'on assistait à la mort de l'internet, comme phénomène commercial. En fait, rien ne pouvait être plus éloigné de la vérité", a-t-il ajouté.
    <br />

    <br />
    Les réseaux à large bandes ont atteint au début de 2006 277 millions d'utilisateurs, dont 61 millions sont reliés à des réseaux mobiles.
    <br />

    <br />
    Le rapport appelle à la prudence en ce qui concerne l'entrée dans les "modes de vie numériques".
    <br />

    <br />
    Pour Lara Srivastava, les individus sont de plus en plus pris dans le flux de connaissances et d'informations généré par les réseaux électroniques mondiaux et vont vers une "identité numérique" dont le contrôle pourrait facilement leur échapper.
    <br />

    <br />
    Les données personnelles échangées sur l'internet sont nombreuses: nom réel, multiples noms d'utilisateur et mots de passe, numéros de sécurité sociale, données de cartes de crédit à usage commercial, sans oublier les sites comportant des espaces personnalisés et les courriers électroniques.
    <br />

    <br />
    Les frontières entre la vie publique et privée, entre le bureau et la maison deviennent floues, note Lara Srivastava, soulignant qu'il est nécessaire d'être sélectif dans les données personnelles que l'on diffuse.
    <br />

    <br />

    <br />