IDM Crack

Crack IDM

IDM Crack 6.41

olux

سرور مجازی

سرور اختصاصی

دانلود کرک نرم افزار

اخبار تکنولوژی

اخبار تکنولوژی , It

IT

Souvenez-vous, il y a plus d'un an le numéro un de la recherche sur Internet, Google, annonçait un partenariat de grande envergure avec la NASA. A l'époque les deux « colosses » étaient restés bien silencieux au sujet du fruit de cette collaboration nouvelle. Aujourd'hui, une conférence de presse organisée par Google et la NASA nous permet d'en savoir un peu plus et d'y voir un peu plus clair.

C'est effectivement en ce début de semaine que le numéro un de la recherche sur Internet et la « National Aeronautics and Space Administration » ont décidé de solidifier leur alliance et leur accord. En 2005, ils avaient conclu un pacte pour mettre au point un centre de recherche commun situé dans la Silicon Valley, sur 100 000 mètres carrés.

On sait désormais que la « NASA Ames Research Center », spécialisé dans certains projets spécifiques (on peut citer ceux liés aux boucliers thermiques, à la commercialisation prochaine de l'exploration spaciale ou encore aux études des feux de forêts) devrait fournir son aide à Google.

La première collaboration entre le « NASA Ames Research Center » et Google devrait notamment permettre au logiciel Google Earth de ne plus se limiter... à la planète terre ! En effet, prochainement une navigation détaillée de la planète Mars et de la Lune sera directement proposée dans le célèbre logiciel de Google (NDLR : qui changera peut-être de nom à cette occasion ?). De nouvelles fonctions / données viendront agrémentées Google Earth à l'aide de la NASA. On parle ainsi de l'affichage, en temps réel, de la situation météorologique et des éventuelles prévisions.

Il sera aussi possible de suivre la progression dans l'espace de la Station Spatiale Internationale ou des navettes en activités. A l'heure actuelle, Google propose bien des petits modules pour visionner Mars (voir la brève Google atterrit sur mars) ou la Lune (voir Google vous décroche la Lune ...), mais on est encore (très) loin du rendu offert par Google Earth. Dans son annonce, Google n'hésite pas à affirmer qu'il sera bientôt possible de naviguer en 3D à la surface de la Lune ou directement dans l'immense canyon de Mars !


En plein boom et en constante évolution, le spam image (voir la brève Pollution numérique : le Spam image prolifère), constitue une nouveau défi pour les firmes spécialisées dans les solutions de sécurité. Aujourd'hui, Trend Micro a fait savoir qu'il proposera une solution adaptée pour contrecarrer cette nouvelle pollution numérique.

A l'heure actuelle, les antispams se basent principalement sur l'analyse « textuelle » des messages. Le principe des spams images est simple, plutôt que d'envoyer un email composé de texte (qu'un filtre / logiciel pourra reconnaître en décortiquant et en analysant chaque mot et chaque caractère), les spammeurs envoient leurs publicités sous la forme d'un fichier image. Le but étant bien sûr de contourner les filtres anti-spam qui ne sont pas ou peu capable d'analyser « visuellement » le contenu et le message que peut faire passer un fichier image.

Pour résumer, le spam image contourne les analyses traditionnelles de contenu et de signature, et contient peu ou pas de texte, mais à la place un fichier .gif ou .jpeg avec une image. L'image contient le message indésirable sous forme de texte ou graphique. Proposé au format HTML, le courrier électronique contenant une image et non du texte, rend l'analyse de l'email par le filtre/logiciel anti-spam bien plus difficile
Trend Micro aurait donc pour projet de lancer un antispam adapté aux spams images pendant le premier trimestre 2007. Le logiciel en question serait accompagné d'une nouvelle technologie d'analyse brevetée. Elle permettrait de détecter les spams images sans avoir besoin d'une puissance de calculs importante. Aucun autre détails n'a été communiqué au sujet de cette technologie. Il faudra encore patienter pour en savoir plus et surtout attendre la disponibilité de la solution pour mesurer son efficacité, une fois celle-ci placée en production sur les boîtes emails. D'autres firmes spécialisées dans la sécurité auraient également l'intention de proposer des solutions contre le spam image dans un futur proche.


Le concepteur de Winny a été condamné au Japon pour son application P2P bien connue. Isamu Kaneko, 36 ans, a été reconnu coupable d’avoir proposé un outil facilitant le vol de données copyrightées, avec une amende de 1,5 million de Yen (9 300 euros). Ce chercheur de l’Université de Tokyo avait été arrêté en mai 2004pour son projet de logiciel P2P inspiré de Freenet. Le verdict, rendu par une cour de district de Kyoto, a jeté un froid dans le milieu des développeurs alors que cette sentence est la première rendue au Japon et que jamais cet auteur n’a incité au piratage.

    <br />
    Comme le signale l’article de Yomiuri.jp, la communauté oeuvrant dans le monde des logiciels et de l’anonymat sur le net est préoccupée par cette mise en cause. Koichiro Kimura, directeur de la League for Software Engineers, expose ainsi que « la décision stoppera le développement des technologies de l’information au Japon. Les programmeurs ne seront plus disposés à développer de nouvelles technologies ». À moins qu’ils ne prennent en compte cette jurisprudence naissante en apposant volontairement des systèmes de filtrage 
    <br />

    <br />
    La Japanese Society for Rights of Authors, Composers and Publishers (JASRAC) a estimé que les dommages aux ayants droit persistent malgré cette affaire, « nous devons continuer à surveiller les utilisateurs du logiciel ». Parallèlement à cette décision, la justice japonaise a d’ailleurs sanctionné deux utilisateurs de Winny pour violation des droits d’auteur japonais, dans le cadre de copie de jeux et de films sans autorisation. 
    <br />

    <br />
    Le thème est toujours le même : est-il normal de sanctionner le fabricant d’un couteau, outil neutre, lorsque l’instrument est utilisé pour un crime ? La décision a été frappée d’appel et un nouveau jugement devrait être rendu dans les prochains mois. 
    <br />

    <br />

    <br />

Les épisodes liés aux rappels de batteries Sony auraient-ils servi de leçon à l'industrie ? En tous cas Panasonic a pris le problème très au sérieux. Si bien que la firme a décidé de plancher sérieusement sur cette affaire en développant une nouvelle génération de batterie.

    <br />
    Cette batterie de type « li-ion », évite tout problème de surchauffe ou d'incendie, même si un court-circuit intervient. Pour cela, la batterie intègre un « isolateur » capable de résister à une augmentation significative de la température. Pour rappel, suite à un défaut trouvé dans certaines batteries de marque Sony, plus de 9,6 millions de batteries ont dû être rapatriées il y a quelques mois. Ces batteries pouvaient être victimes de surchauffes. Cette affaire aurait coûté plus de 432 millions de dollars à Sony.
    <br />

    <br />
    La batterie nouvelle génération de Panasonic serait d'ores et déjà prête pour la production de masse. Ces batteries ne seront pas vendues à l'unité aux consommateurs, mais aux plus grands fabricants de PC portables. Le prix de ces batteries devrait être plus élevé que celui des modèles classiques. Panasonic précise cependant que sur des volumes de commandes très importants, les prix de ces batteries pourraient être inférieurs à ceux des batteries classiques.
    <br />


PC MicroWorks, petit fabricant américain d'ordinateurs haut de gamme, vient d'annoncer la sortie du Vega, un PC portable surpuissant équipé d'un écran panoramique de 20,1 pouces offrant une résolution native WSXGA+ (1680 x 1050 pixels)

    <br />

    <br />

    <br />
    PC MicroWorks, qui semble vouloir concurrencer des constructeurs comme Alienware et Voodoo PC, a « mis le paquet » pour faire du Vega une machine d'exception apte à remplacer un PC de bureau. Animé par un processeur AMD Turion 64 X2 TL-60, il peut être configuré avec 4 Go de mémoire DDR, un SLI de GeForce Go 7950 GTX X-Treme, jusqu'à 600 Go d'espace disque dur et un graveur Blu-ray double couche. Il peut de plus recevoir en option un module GPS et un Tuner TV. Une telle configuration se paie évident au prix fort, plus de 7000 dollars !
    <br />

Il était temps de s’y mettre ! Alors que depuis plusieurs années des constructeurs tels que Toyota ou Honda (dans une moindre mesure) produisent des modèles hybrides, Volkswagen de son côté n’avait jamais réellement entrepris de démarche sur le sujet. Une retard en partie corrigé avec l’annonce toute fraîche de la commercialisation en 2009 d’un modèle hybride essence. Il s’agira de la Jetta, qui selon VW sera plus économique et plus frugale que les actuels TDI du groupe (nous n’en attendions pas moins). De là à imaginer une Golf hybride, il n’y a qu’un pas !

Les jeunes Américains vont passer près de la moitié de l'année 2007 à surfer sur l'internet, à regarder la télévision ou à écouter leur lecteur de musique numérique, selon des statistiques du Bureau du recensement américain publiées vendredi.

    <br />
    Selon le 126e Recueil de statistiques du Census Bureau, les jeunes adultes et adolescents américains vont passer 3.518 heures, soit l'équivalent de cinq mois, devant l'écran de télévision, l'internet, à l'écoute de leur MP3 ou à lire des journaux.
    <br />

    <br />
    Par média, cela représente 65 jours entiers devant la télévision, 41 jours à écouter la radio, plus d'une semaine devant l'internet. Ces activités représentent une dépense de quelque 936,75 dollars par personne pour 2007.
    <br />

    <br />
    Parmi les adultes, 97 millions d'internautes sont allés consulter les actualités sur le web en 2005. 92 millions y ont fait des achats et 91 millions ont fait des réservations de voyages. Quelque 13 millions ont créé un blog.
    <br />

    <br />
    La lecture classique, un livre entre les mains, continue de bien se porter, les Américains devant dépenser 55,5 milliards de dollars pour acheter 3,17 milliards d'ouvrages.
    <br />

    <br />
    La compilation du Census Bureau rassemble par ailleurs des informations aussi diverses que le nombre de millionnaires aux Etats-Unis (3,5 millions en 2001, dernière année pour ce type de recensement), le nombre d'Américains qui ont fait du bénévolat (65 millions en 2005), le nombre d'espèces de crustacés en danger (19) et le nombre de briquets confisqués aux contrôles des aéroports (9,4 millions en 2005).
    <br />