Numéro dossier: 121

Depuis son apparition  il y a dix ans, le smartphone, ce téléphone qui sert à connecter différents services et autres objets connectés, s’est banalisé avec la généralisation de l’internet mobile dans le monde. Et il n’arrête pas de connaitre des évolutions. Chaque année, c’est plus design et plus puissant. Mais à coté de cela on pense le smaprtphone du futur avec de nouvelles fonctionnalités.

Numéro dossier: 120

Le secteur des Technologies de l’information et de communication (TIC) et plus particulièrement le secteur de la téléphonie mobile aborde une année difficile. En cause, la loi de finances pour l’année 2017 qui vient d’être publiée dans le Journal Officiel apporte  des mesures très fâcheuses pour les opérateurs de ce secteur qui ont appris à évoluer, pendant plusieurs années, sous un régime fiscal souple.

Numéro dossier: 0

Dégroupage, opérateurs mobiles virtuels,  itinérance nationale, partage et mutualisations des infrastructures réseaux, portabilité des numéros, GIX …etc sont autant de nouvelles notions apportées par la première mouture de l’avant projet de loi sur la Poste et les télécommunications électroniques.

Numéro dossier: 118

Si être femme et entrepreneure est de plus en plus courant dans le monde de l’entreprise en Algérie, l’entrepreneuriat féminin dans la sphère numérique est plutôt timoré. Il suit les balbutiements de cette économie numérique encore naissante dans notre pays.

Numéro dossier: 117

Les technologies de l’information et de la communication (TIC) sont souvent présentées par les experts comme étant la passerelle que l’Algérie doit emprunter pour impulser son développement et sortir une fois pour toute de sa dépendance « excessive » aux hydrocarbures.

Numéro dossier: 116

Les avancées technologiques de ces vingt dernières années ont complètement bouleversé les pratiques quotidiennes des citoyens. Les progrès dans l’utilisation d’internet ont contribué a faciliter les usages quotidiens aux personnes dans de nombreux secteurs. Notre pays reste à la traine et accuse un retard conséquent dans ce domaine. Les promesses des autorités ne sont tenues qu’à moitié.

Numéro dossier: 115

Les sociétés du monde connaissent des mutations sans précédent et l’Algérie n’est pas en reste. L’ère du tout internet a en effet modifié nos comportements et encouragé l’avènement de nouveaux usages. Que ce soit dans les rues, les transports ou encore à la maison, de plus en plus d’Algériens se connectent via leurs smartphones ou tablettes et partagent de l’information. Les usages d’internet sont ainsi de plus en plus gourmands et jusqu’ici les débits insuffisants imposaient certaines limites comme le partage de vidéos ou d’images, le téléchargement d’applications ou de fichiers multimédia.

Numéro dossier: 114

Notre pays faisait partie des rares nations arabes et africaines à n’avoir jamais censuré Internet. Quelles que soient les difficultés par lesquelles nous sommes passés, jamais les autorités algériennes n’étaient arrivées à la censure du web, ou en tout cas officiellement. Même dans des contextes très sensibles tels que le Printemps arabe où appels à manifestations, émeutes et autres révoltes avaient été lancés, notamment de l’étranger, le réseau internet était resté intact. Un fait qui plaçait l’Algérie loin devant ses voisins régionaux, habitués à se voir restreindre l’accès à certains sites web au moindre grabuge. Une fierté que même nos militants de la démocratie, journalistes et autres politiques, n’hésitaient pas à ériger en arguments devant leurs homologues étrangers, et à juste titre, pour montrer les avancées et surtout les acquis de notre pays dans ce domaine.

Numéro dossier: 113

Il y a quelques mois, l’algérien Lambda qui caresse encore l’espoir de pouvoir faire ses achats en ligne un jour, comme ses congénères un peu partout de par le monde, découvrait un peu par hasard le concept de M-Banking et M-payment.