Vous avez entendu parler de ePay.dz ? Il s’agit en réalité du premier site algérien de vente sur Internet. Du moins, c’est ainsi qu’il se présente. C’est à dire ? Il propose des services de paiement en ligne permettant de commander et de régler ses achats et de recevoir des paiements sur le Net.

Un nouveau site internet vient de faire son apparition dans la Toile algérienne, celui de la direction générale des douanes algériennes. Une partie "e-services" a été conçue afin de rendre la vie plus belle aux voyageurs. Dites au revoir à tous les tracas administratifs...




www.douane.gov.dz, c'est ici que les voyageurs pourront trouver tout type d'informations concernant les douanes algériennes et, via la rubrique "e-services", ils pourront même effectuer en ligne plusieurs déclarations. Il suffira simplement de télécharger le formulaire du service souhaité, le remplir et l'imprimer. Tout se fait en ligne désormais : déclarations de devises, estimation approximatives de la taxation sur véhicules neufs, consultation des recours, demandes de titre de passage en douane,... Le tout dans un site ergonomique.

A noter également qu'une application mobile a été mise au point afin que tous les utilisateurs de téléphones mobiles puissent bénéficier de tous les services disponibles: www.douanemobile.dz

Le site de recrutement en ligne emploitic.com a réalisé 20 000 recrutements en cinq ans d’existence. C’est ce que révèle le bilan rendu public dernièrement par les animateurs de ce qui est considéré aujourd’hui comme le premier site de recrutement en Algérie.



Durant ces cinq dernières années, au total 280 000 candidats se sont inscrits sur le site emploitic.com, un site qui totalise chaque mois quelques 400 000 visiteurs. Il semblerait que l’année 2010 ait été la meilleure pour ce site en termes de croissance. En effet, durant cette même année, ce sont 10 000 recrutements qui ont été enregistrés. Pour sa part, le nombre de visiteurs est passé quant à lui de 3,4 millions en 2009 à 4,2 millions en 2010. Le nombre d’inscrits en 2010 a atteint les 250 000.

Les entreprises qui recrutent à partir de ce site sont en grande partie des PME. Celles-ci représentent un taux de 55% suivies des entreprises publiques et des administrations. Des multinationales sont également abonnées au site. De manière générale, les secteurs qui recrutent le plus à partir de cette plate-forme sont ceux des services et du BTP.

Ahmed GASMIA

Le groupe Nabni a lancé hier une initiative citoyenne ouverte à celles et ceux qui souhaitent apporter leurs idées et leur expertise au service du développement économique et social de notre pays.



Ce groupe réunit des jeunes Algériens des générations post-indépendance, résidant en Algérie et à l’étranger, aux profils divers. Ils se proposent de mettre leur expérience, leur expertise et leur motivation au service du débat public sur des questions concrètes qui intéressent le quotidien des citoyens.

Cette initiative n’est ni une contribution académique ni un manifeste politique, mais le produit d’une réflexion de jeunes Algériens qui ont en commun de croire que le meilleur est possible pour leur pays et qu’il est atteignable si suffisamment de personnes porteuses d’idées, d’expérience et d’optimisme contribuent et proposent des solutions concrètes aux défis que vit l’Algérie. Dix mesures seront rendues publiques sur le site www.nabni2012.org tous les mercredis.

Elles seront progressivement enrichies des contributions des visiteurs du site qui pourront y proposer de nouvelles mesures, noter les mesures publiées ou suggérer des modifications à y apporter. Le résultat de ce travail fera l’objet d’un rapport, «100 mesures pour l’émergence d’une Algérie nouvelle : plan d’actions de rupture pour l’année du cinquantenaire» qui sera rendu public le 5 juillet 2011.


Une banque des idées


La deuxième étape à l’horizon 2020, qui débutera le 5 juillet 2011, consistera à préparer, dans le prolongement des 100 mesures et suivant une méthodologie participative similaire appuyée par le site www.nabni2020.org, un document prospectif pour l’Algérie de 2020, fait de stratégies sectorielles détaillées, pour se projeter dans l’avenir et engager le second cinquantenaire de notre République sur des bases solides, à partir d’un bilan bref et serein des réalisations des cinq dernières décennies. 

Cette initiative vise ainsi à constituer une sorte de banque des idées et des outils qui s’adressent autant à la classe politique qu’aux pouvoirs publics pour leur offrir matière à débat et à réflexion, loin des querelles idéologiques et des batailles politiques dont la population se désintéresse.

Aux commandes de ce projet, des chefs d’entreprise comme Hassen Khelifati d’Alliance Assurances et Slim Othmani, vice-président du club Care. Le site web interactif  semble s’inspirer de la plateforme web «Ideas for change in America» construite lors de la campagne d’Obama.

L’objectif est de recueillir les idées, particulièrement celles des jeunes, de les prioriser et de les transformer en offres d’actions concrètes. Une force de proposition qui amènera les partis politiques à faire des suggestions nouvelles, issues des choix de jeunes Algériens. Une démarche innovante qui permettra de construire un pont là où il n’y avait que des murs et des cloisons entre une population en mal de représentation politique et des gouvernants déconnectés de la réalité de leur pays.
A l’heure des blogs et des réseaux sociaux (facebook, Twitter), la prise de parole citoyenne s’affranchit des modèles traditionnels d’information et de débat. Une nouvelle donne qui tente de trouver sa place dans notre pays.

Les chercheurs algériens établis à l’étranger semblent regarder de plus en plus en direction de l’Algérie. On nous informe justement qu’un site internet dédié aux algériens de l’étranger souhaitant opérer un transfert de savoir-faire vers l’Algérie sera mis en ligne prochainement, à l’initiative de scientifiques basés en Californie.

L’essor d’Internet n’a pas uniquement révolutionné le monde de l’entreprise, du commerce, des médias, ou de la politique. La dématérialisation qui suit Internet n’est pas uniquement celle de la musique, des films, des livres, ou du chèque bancaire. Internet est aussi la révolution des rapports humains, du rapport de l’individu à la machine, et de la dématérialisation de la vie sociale. Dans ce contexte inédit, des profils d’internautes pas comme les autres ont fini par attirer l’attention, beaucoup d’attention. On parle de geeks, de nerds, de no-lifes, d’addicts aux TIC. Qu’est ce qui se cache derrière ces anglicismes à peine prononçables ? Qu’est ce que la cyberdépendance et l’Algérie est-elle concernée par ce phénomène ? Nous avons synthétisé les avis de psychiatres et d’une psychologue, histoire d’y voir un brin plus clair.

La publicité sur Internet a fait ses preuves à travers le monde en tant que moyen de communication commerciale efficace. Son efficacité varie, il faut le dire, selon les pays et toujours en fonction de la popularité d’Internet lui-même.