Alger 31 juillet 2007 - Les clients Star pourront encore profiter de bonus de communications jusqu’à la fin de l’été ! Nedjma prolonge jusqu’au 31 août 2007 sa promotion 100% de bonus au rechargement et offre ainsi à ses clients l’avantage de communiquer plus longuement avec leurs proches et amis.

Durant la période promotionnelle, le client pourra bénéficier d’un bonus pouvant aller jusqu’à 500 DA, qu’il pourra utiliser pour communiquer vers tous les réseaux, fixes et mobiles en Algérie et vers l’international.

Une fois le rechargement effectué, le client reçoit son bonus dans les 24 heures qui suivent. Un SMS lui est envoyé pour confirmer la réception du crédit qui lui est offert.

En plus du bonus au rechargement, le client Star continuera à bénéficier de l’avantage exclusif du bonus sur tous ses appels reçus des réseaux fixes et mobiles en Algérie et de l’étranger.

Avec ces bonus, le client Star pourra communiquer sans compter tout en profitant pleinement des services multimédia innovants disponibles sur tout le réseau Nedjma dans les 48 wilayas.


Source : communiqué de presse Wataniya Telecom Algerie.

mobilis annonce le lancement de la promotion été 2007 "les nuits bleues de mobilis à mobilis".
Des minutes gratuites offertes de minuit à midi après la 3éme ou la 5éme minute de communication.



Mobilis le plus grand réseau de téléphonie mobile en Algérie, annonce le lancement d'une nouvelle promotion spéciale été 2007, "les nuits Bleues de mobilis à mobilis", et offre des appels gratuits en intra réseau.

Les clients des offres prépayées "mobilis carte" et "Gosto", pourront bénéficier à partir du 19 Juillet et jusqu'au 01er Septembre 2007 d'appels gratuits et sans aucune condition, de minuit à midi, après la 3éme ou la 5éme minute d'appel.

- De minuit à 06H00 après la 3ème minute de communication.
- De 06H00 à Midi après la 5éme minute de communication.

Ainsi, et durant tout l'été, Mobilis l'opérateur le plus généreux du marché, au service des 34 millions d'Algériens.

source: communiqué de presse de mobilis

Grogne chez les gérants des taxiphones. La concurrence entre deux opérateurs de télécommunications fait, ces jours-ci, le malheur de certains propriétaires de KMS. Certains d'entre eux ont vu leurs lignes téléphoniques suspendues, après le passage des contrôleurs d'Algérie Télécom. La raison de cette mesure est le traitement des gérants avec un autre opérateur, Orascom Télécom Algérie (OTA), pour l'exploitation de son réseau téléphonique dans le même local ouvert avec un agrément délivré par Algérie Télécom. Près d'une dizaine de KMS, dont la majorité située dans la localité d'Es-Senia, ont été privés, sans avis préalables, des services d'Algérie Télécom une fois le constat établi par les contrôleurs. Les lignes n'ont été rétablies pour certains qu'après constat d'un huissier de justice. Cette situation a provoqué le courroux des gérants des KMS et mis en émoi les clients. Ces derniers se disent en droit d'utiliser les services de tous les opérateurs, puisque dans le registre de commerce il n'est nullement mentionné que le local est exclusivement réservé pour Algérie Télécom. «Nous ne comprenons pas cette attitude d'Algérie Télécom, qui sans nous avertir a procédé à la suspension des lignes. Nous avons reçu l'offre d'un autre opérateur et signé un accord avec lui comme nous l'avons fait avec le premier opérateur», a lancé un gérant de taxiphone à St Hubert. Un autre propriétaire de KMS à Es-Senia affirme, pour sa part, qu'»un taxiphone ne fait plus recette, depuis la signature de la nouvelle convention en 2004 et l'établissement d'une nouvelle facture. Algérie Télécom, sans consultation des gérants de KMS, a introduit la clause interdisant le traitement avec un autre opérateur dans l'accord qui doit être signé entre les deux parties. Personnellement, je n'ai pas signé cette convention et j'ai continué pourtant à travailler normalement. Au mois de juin dernier, j'ai été touché par la mesure de suspension des lignes d'Algérie Télécom parce que j'ai installé des lignes d'OTA».

    <br />
    Pourquoi le KMS ne fait plus recette? Notre interlocuteur explique sur ce point qu'»avec l'ancienne facture, le gérant pouvait contrôler facilement sa consommation mais, actuellement, il est impossible de le faire puisque Algérie Télécom comptabilise en nombre d'unités et nous les gérants en nombre de taxes selon les compteurs installés». Pour ce gérant de KMS, «ce système appliqué mène directement vers la faillite. Actuellement, notre marge bénéficiaire a beaucoup diminué par rapport à la période d'avant 2004 où nous enregistrions une marge de 30.000 DA». L'autre argument avancé est en rapport avec les tarifs appliqués par Algérie Télécom qui sont considérés élevés par les propriétaires de KMS. «En traitant avec un autre opérateur, le client avait le choix d'utiliser pour les appels vers le fixe, les lignes d'Algérie Télécom et pour les appels vers le mobile OTA, car chacun des opérateurs offre des prix concurrentiels pour le fixe ou le mobile. Mais avec cette interdiction, le client n'a plus le choix», souligne ce gérant. Cependant, pour Algérie Télécom, la question est tranchée. Les gérants des KMS ont signé une convention où il est clairement mentionné que le local est ouvert pour l'exploitation des lignes d'Algérie Télécom. Il est donc interdit d'installer dans ce même local les lignes d'un autre opérateur concurrent».
    <br />

Le ministre de la Poste et des Technologies de l’Information, M Boudjemâa Haichour, vient d'annoncer que les résultats définitifs de l’étude sur services de troisième et de quatrième générations de téléphonie mobile tomberont au mois d'octobre prochain. Il précisera aussi que les premiers résultats seront connus vers la fin de ce mois. Il est à rappeler que cette étude est atribuée à un bureau d'étude Français spécialisé. (Par Nouredine ABBASSEN)

    <br />
    D'autre part M.Haichour dans sa déclaration au quotidien El Khabar qui publie l'information atteste, sur la question de l’ouverture du capital d’Algérie Télécom, ''qu'il n’y a rien de nouveau''. Il a affirmé que le dossier présenté au gouvernement comporte 3 à 4 études globales et détaillées autour des parts proposées à la vente.
    <br />

La cour de cassation (française) a confirmé à la fin du mois de juin l’existence d’une entente entre les opérateurs français SFR, Bouygues et Orange, ainsi que l’amende historique de 442 millions d’euros correspondant à la quasi-totalité du montant de la sanction infligée aux trois opérateurs de téléphonie mobile.


Le 12 décembre 2006, la cour d’appel de Paris avait confirmé l’amende record infligée par le Conseil de la concurrence aux trois opérateurs pour deux griefs : s’être entendus entre 2000 et 2002 pour geler leurs parts de marché ; avoir ensuite échangé, entre 1997 et 2003, des informations confidentielles et stratégiques. Les trois opérateurs ont toujours réfuté ces accusations. La chambre commerciale de la cour de cassation, présidée par Daniel Tricot, a confirmé une partie de l’arrêt de la cour d’appel. La haute juridiction a, en effet, retenu une seule des infractions reprochées aux opérateurs, à savoir l’entente sur la répartition des parts de marché qui avait été sanctionnée par une amende de 442 millions d’euros. Cette amende est désormais définitive. Elle se répartit ainsi : 215 millions d’euros à Orange, 185 à SFR et 42 à Bouygues. En revanche, la cour de cassation a estimé que la cour d’appel n’avait « pas légalement justifié sa décision » concernant l’échange d’informations entre 1997 et 2003 et a donc cassé sur cet aspect l’arrêt rendu le 12 décembre 2006. Dans son arrêt, la juridiction suprême de l’ordre judiciaire français a, en effet, considéré que la cour d’appel n’avait pas recherché « de façon concrète, comme elle y était invitée, si l’échange régulier, de 1997 à 2003, d’informations rétrospectives entre les trois entreprises opérant sur le marché avait eu pour objet ou pour effet réel ou potentiel de permettre à chacun des opérateurs de s’adapter au comportement prévisible de ses concurrents et ainsi de fausser ou de restreindre de façon sensible la concurrence ». Sur ce volet, la haute juridiction a renvoyé le dossier devant la cour d’appel de Paris qui devra restatuer, dans une autre composition. Dans un communiqué, l’association française de défense des consommateurs UFC-Que Choisir s’est félicitée de cette décision : « Il ne fait désormais aucun doute que les trois opérateurs ont eu des pratiques anticoncurrentielles au détriment des consommateurs. » « La remise en cause de la décision de la cour d’appel de Paris n’est que très marginale car elle porte uniquement sur les échanges d’informations. En effet, le montant de l’amende ne pourrait être réduit que de 17% et les opérateurs sont désormais définitivement redevables d’une amende historique de 442 millions d’euros », souligne l’association de consommateurs. Selon UFC-Que Choisir, désormais « chaque consommateur est ainsi parfaitement fondé à obtenir de la justice la réparation, par son fournisseur, de son préjudice individuel ». « Seules 12 521 demandes de réparation ont pu être déposées au tribunal » pour le moment, précise l’association pour qui la condamnation des opérateurs constitue un argument supplémentaire en faveur de la mise en place d’actions judiciaires communes (« class actions ») pour le moment inexistantes en France.

Proximité, service, accueil et efficacité. Djezzy promet une prise en charge encore meilleure, cet été, à ses abonnés au niveau de ses centres de service (CDS).

    <br />
     Le 70ème centre, sis 3 rue Sid Cheikh Belfort, à El-Harrach, sera inauguré aujourd'hui avec plein de nouveautés pour les clients. Les visiteurs de ces CDS implantés à travers toutes les wilayas du pays, ne seront que mieux servis et pourront bénéficier de la meilleure proximité. Ainsi, les abonnés d'Orascom Télécom Algérie (Djezzy et Allo OTA) pourront recevoir les meilleurs conseils pour des produits qui répondent le mieux à leurs attentes et besoins en téléphonie mobile. Une gestion efficace de toutes les demandes sera aussi garantie à ses clients durant l'été.
    <br />

    <br />
     Il suffit de composer, depuis le téléphone mobile, le 777 pour avoir toutes les informations sur les CDS qui ont pour vocation de servir au mieux les abonnés.    

A chacun son taxiphone

Les numéros de téléphones en Algérie (fixes et mobiles) passeront à neuf chiffres au lieu de huit actuellement. Cette information a été donnée par M.Lounis Belharrath, directeur commercial de Mobilis, lors de son passage sur les ondes de la chaine III.

    <br />

    <br />
    L’entrée en vigueur de cette décision, ajoute la même source, sera effective dès février 2008. Elle vient répondre à une croissance exponentielle du nombre d’abonnés chez tous les opérateurs qui affichent désormais un besoin pressant par rapport à leurs capacités techniques. ‘’ Le numérotage à neuf chiffre permettra aux opérateurs d'augmenter leurs capacités d'abonnement à 100 millions d’abonnés contre 10 millions aujourd'hui ‘’ précisera M.Belharrath.
    <br />

    <br />
    Actuellement, l’Algérie compte 22 millions d’abonnées aux différents réseaux mobiles (Djezzy, Mobilis et Nedjma) et 7 millions d’abonnées aux réseaux fixe d’Algérie Télécom.