Date : 06/07/2020
Home

It

16 janvier 2020 Rédaction Imprimer

« Dans le domaine de la fibre optique, nous œuvrons pour que les normes CEI/EN soient accessibles »

Moncef Walid Achour, Président du Comité Technique National n°12 (CTN12), relevant de l’Institut Algérien de Normalisation (IANOR), nous parle, dans cet entretien, du travail et des réalisations de l’entité qu’il dirige et nous explique pourquoi les normes sont essentielles dans le domaine de la fibre optique.

 

N’TIC Magazine : D’abord c’est quoi le CTN12 et le TC 86?

Moncef Walid Achour : Avant de répondre à cette question, il est utile de rappeler que le CTN12 (Comité Technique National n°12) est parmi les 69 Comités Techniques Nationaux appartenant à l’Institut Algérien de Normalisation (IANOR), sous tutelle du Ministère de l’Industrie et des Mines.

Le CTN12 « Composants électroniques et sous-ensembles », est composé de représentants des institutions et organismes publics et privés, des opérateurs économiques, centres de recherches et de toutes autres parties intéressées.

16 Comités Techniques (TC) représentent les principaux domaines d’application. Chaque Comité Technique possède des sous-comités (SC) divisé en groupe de travail (WG).

Le Comité Technique 86 (TC 86) est le Comité des fibres optiques. Il est divisé en trois sous-comités ; SC 86A (Fibres et câbles), SC 86B (Dispositifs d’interconnexion et composants passifs à fibres optiques) et SC 86C (Systèmes et dispositifs actifs à fibres optiques).

N’TIC Magazine : Quelles sont ses missions ?

MWA : Les missions du TC 86 du CTN 12, se concentrent essentiellement sur deux types de normes, celles de la CEI (Commission Electrotechnique Internationale) et celles de la EN (Normes Européennes, adoptées par le CENELEC (Comité Européen de Normalisation Electrotechnique)). Ses travaux se résument en l’établissement des avants projets et les projets de normes inscrits dans les programmes de travail, et les soumettre à l’enquête publique et administrative, l’examen périodique des normes nationales et la modification des normes CEI et EN si nécessaire.

 

N’TIC Magazine : Quelles sont les normes algériennes en matière de fibre optique ?

MWA : Le groupe de travail a validé depuis l’année 2017 à ce jour, 17 normes (CEI et EN). Nous pouvons en citer quelques-unes :

-Norme Algérienne NA CEI 61280-1-1 : Procédures d'essai de base des sous-systèmes de télécommunication à fibres optiques - Partie 1-1: Procédures d'essai des sous-systèmes généraux de télécommunication - Mesure de la puissance optique des émetteurs couplés à des câbles à fibres optiques unimodales.

-Norme Algérienne NA 16639 : Technologies de l'information -Systèmes de câblage générique -Exigences générales.

N’TIC Magazine : A-t-on atteint les standards internationaux ?

MWA : Avec le projet FTTh (Fiber To The Home), la ville intelligente et l’augmentation du flux de données, notre pays commencera à adopter et exiger, les normes citées plus haut. Une norme par définition, n’est pas obligatoire, d’où notre espérance que celles-ci deviennent des réglementations.

Un travail de sensibilisation est en train de se faire dans ce sens. Avec la préparation d’un événement, espérons-le, pour l’année 2020, avec quelques opérateurs importants dans ce domaine, pour essayer de vulgariser le domaine de la fibre optique et le rendre accessible pour tous.

N’TIC Magazine : Quel est l’impact de votre travail sur le déploiement de la fibre optique ?

MWA : Nous jouons un rôle important en prenant pour exemple l’importance en partie du travail du TC 86. Après validation des normes CEI et EN, celles-ci deviennent des normes NA (Normes Algériennes). C’est un point important, les normes d’origines CEI ou EN, sont assez onéreuses. Une fois validées en normes NA, elles deviennent très accessibles financièrement parlant. Ce qui est intéressent pour les jeunes entreprises qui veulent s’y référer ou pour les étudiants.

N’TIC Magazine : Pourquoi, selon vous, les normes sont essentielles dans les projets de déploiement de fibre optique ?

MWA : Les normes sont essentielles dans tous les domaines. En particulier, celui de la fibre optique. Cette dernière transmet l’information par la lumière. La fibre optique qui est en verre de silice ou en plastique, celle-ci peut être sensible aux différentes contraintes mécaniques ou environnementales.

Pour que deux systèmes utilisant la fibre optique comme moyen de communication, une combinaison de plusieurs normes doit être assurée pour que les deux systèmes communiquent sans perte de données. La combinaison des différentes normes doit avoir l’objectif de protéger le câble à fibre optiques.

Réagissez


Les articles les plus lus !

Télécharger le magazine en pdf

Les entreprises TIC en un clic

Trouver une entreprise :

Retrouvez-nous sur